Presse

Journée des aidants: Le dispositif d’accompagnement salué

Journée des aidants: Le dispositif d’accompagnement salué

Dans le cadre de la dixième Journée nationale des aidants familiaux qui s’est déroulée, jeudi, dans les locaux de Kerfléau, à Caudan, l’association Kassiopée a présenté, le matin, les résultats d’une étude effectuée dans le pays de Lorient. Elle avait pour objectif de déterminer l’impact du dispositif de prévention contre la précarité des aidants familiaux. Elle a été réalisée en juin, sous forme de questionnaire rédigé en étroite collaboration avec le psychologue de l’association.

Deux ateliers aux petits soins des aidants à Kerfléau

« Les aidants décrivent la précarité comme un processus qui ronge peu à peu toutes les sphères traditionnelles de l’accomplissement personnel : la vie professionnelle, sociale, affective, la capacité à se projeter dans l’avenir, mais aussi le logement, la santé, l’estime de soi ». Les réponses confirment que le dispositif mis en place est un outil de prévention très utile contre la précarité. En effet, l’écoute, les conseils pour la vie quotidienne et les démarches font partie des attentes identifiées par les aidants, de même que la recherche de convivialité face au sentiment de dépression évoqué.

Les ateliers individuels ou collectifs sont, aux dires des aidants interrogés, l’occasion de rencontrer des personnes venant d’horizons très différents, de faire part de ses difficultés sans se sentir jugé, et de trouver une complicité qu’ils ne rencontrent pas à l’extérieur. Deux sortes d’ateliers sont proposées à Kerfléau : les ateliers individuels qui apportent un soutien psychologique, important pour 80 % des sondés, par le biais du travail verbal sur les émotions, le fait d’accepter de s’effondrer, de prendre soin de soi, afin de mieux accompagner son proche dans la durée. Les ateliers de massage et de réflexologie ont pour but de se réconcilier avec son corps. Les ateliers collectifs : chant, créations artistiques, gym douce, sophrologie, groupe de parole se révèlent adaptés aux besoins

© Le Télégramme

Lire sur Le Telegramme